Joyeuses fêtes de fin d’année ! Nous sommes ravis de la confiance que vous nous avez accordée pour développer vos équipes en 2023 ⭐ Un simple mot, mais plus fort qu’un long discours : MERCI ⭐

« Vous êtes trop qualifié » : Comment surmonter la barrière de la surqualification ?

Article de blog

Rechercher
Votre profil professionnel est top, forgé après de longues études et/ou une riche expérience en entreprise, et vous pensiez être le candidat parfait. Cependant, c'est la douche froide : on vous oppose le terme de « surqualification » pour le poste convoité. Mais qu'est-ce que cela signifie réellement et comment réagir de manière constructive ?

Surqualification : définition

La surqualification est un terme utilisé dans le domaine des ressources humaines pour décrire une situation avec laquelle un candidat possède un niveau de qualification, d’éducation ou d’expérience professionnelle supérieur à ce qui est requis pour occuper un poste spécifique. Cela peut se produire lorsque quelqu’un accepte un emploi qui exige des compétences inférieures à celles qu’il possède.

Synonymes de surqualification :

  1. Qualification excessive
  2. Surdiplômé
  3. Compétences excédentaires
  4. Qualifications dépassant les exigences
  5. Compétences surabondantes
  6. Expertise supérieure aux besoins
  7. Niveau d’éducation élevé par rapport au poste
  8. Compétences professionnelles excédentaires

La surqualification peut présenter des défis, tels que des problèmes de motivation au travail, des difficultés d’intégration dans l’équipe ou des attentes salariales plus élevées que celles du poste. Cependant, elle peut également être une stratégie délibérée dans le cadre d’une réorientation de carrière ou pour trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Surqualification : quand et comment ?

La surqualification intervient lorsqu’un candidat présente des compétences et/ou une expérience excédant les exigences du poste pour lequel il postule. Imaginons, par exemple, un diplômé en ingénierie informatique ayant dirigé des équipes chez Google pendant 10 ans, postulant pour un rôle de réparateur dans une petite boutique d’informatique. Dans ce cas, il est probable qu’il soit jugé surqualifié pour le poste.

Avoir un ensemble de compétences variées peut sembler avantageux, mais comment la surqualification peut-elle représenter un obstacle ? Est-ce un avantage de postuler avec des compétences supérieures à celles requises ? L’entreprise peut-elle avoir des inquiétudes concernant votre candidature ? pourquoi postuler à un poste en dessous de vos compétences ? Autant de question qui peuvent déstabiliser un candidat lors d’un entretien d’embauche avec un cabinet de recrutement ou une entreprise.

Le choix ou non de postuler pour des postes sous-qualifiés

Si, après de nombreuses candidatures auprès des grandes entreprises de votre secteur sans succès, vous décidez de vous tourner vers une offre en apparence moins prestigieuse, mais correspondant à vos qualifications, cela est tout à fait compréhensible.

Selon une étude de l’ILOSTAT, – 50 % des salariés des pays à revenu élevé ont un niveau d’éducation supérieur à celui exigé par leur emploi. En France, selon le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications), le niveau des actifs détenant un bac +3 a augmenté de 16% entre 1994 et 2019, tandis que le nombre d’emplois nécessitant cette qualification n’a augmenté que de 7%. Cette disparité crée un phénomène auquel les entreprises recrutent désormais des salariés diplômés au lieu de les former en interne, un retour en arrière dommageable pour tous.

Cette situation est également courante chez les étudiants et les jeunes diplômés, qui peuvent temporairement accepter des emplois sous-qualifiés pour acquérir de l’expérience et comprendre les dynamiques de l’entreprise.

Ajoutez à cela les changements économiques de ses 50 dernières années, la mobilité croissante des salariés, et la recherche d’un équilibre de vie pro / vie perso, et les raisons pour lesquelles les candidats ajustent leurs prétentions salariales et leurs attentes professionnelles ne manquent pas.

Les questions à se poser avant de postuler à un emploi sous-qualifié

Il peut par ailleurs arriver que postuler pour un poste sous-qualifié soit un choix délibéré. Si, par exemple, vous cherchez à échapper à un environnement professionnel exigeant, où la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle est difficile, le choix de prendre un poste avec moins de responsabilités peut être une décision souhaitée pour sortir de la race rat. Cependant, il est important de se préparer à certaines difficultés lorsque l’on postule pour un poste inférieur à ses compétences.

  • Baisse de salaire : Vous devrez probablement accepter une rémunération inférieure à ce à quoi vous pourriez prétendre en raison de vos qualifications.
  • Ennui au travail : Le risque d’ennui au travail peut surgir si vous maîtrisez tous les aspects du poste et ne trouvez pas de stimulation intellectuelle. Cela peut conduire à la démotivation.
  • Blocage dans l’évolution : Les postes sous-qualifiés offrent souvent moins de perspectives d’évolution. Postuler pour un nouveau poste ne garantit pas nécessairement des opportunités de croissance.
  • Manque de considération : travailler en dessous de ses compétences peut vite devenir anxiogène, notamment lorsqu’on a l’habitude de faire appliquer des décisions.

3 Conseils pour Rassurer un Recruteur en cas de Surqualification

Être jugé surqualifié peut susciter des doutes chez les recruteurs. Voici quelques conseils pour les rassurer lors du processus de recrutement :

  1. Placez-vous dans la perspective du recruteur : Anticipez les préoccupations du recruteur en vous demandant s’il pense que vous avez réellement lu la description du poste avant de postuler. Adressez ces préoccupations lors de votre échange, montrant ainsi que vous avez bien compris les enjeux du poste et que vous êtes prêt à y faire face.
  2. Soignez votre candidature et restez honnête : Présentez un CV fonctionnel mettant en avant les compétences directement liées au poste, plutôt qu’un CV chronologique. Dans votre lettre de motivation, parlez de spécialisation pour contrer l’idée d’une régression apparente. Restez honnête quant à vos expériences passées et ne retirez pas de lignes de votre CV pour paraître moins qualifié.
  3. Insistez sur votre valeur ajoutée : Mettez en avant les avantages que vous apporterez à l’entreprise en raison de votre expérience. Expliquez comment vous serez opérationnel plus rapidement, comment vous motiverez les collègues, et comment vous pouvez contribuer au développement rapide du secteur d’activité.

À voir aussi notre sujet sur les astuces pour avoir le meilleur profil Linkedin pour éviter d’être considéré comme surqualifié.

3 Conseils pour Réussir l’Entretien malgré la Surqualification

Une fois le processus initial passé, l’entretien reste crucial. Voici quelques conseils pour aborder la question de la surqualification :

  1. Montrez motivation et stabilité : Rassurez le recruteur sur votre engagement à long terme en mettant en valeur votre loyauté envers les employeurs précédents. Expliquez que vous cherchez à vous inscrire dans la durée au sein de la nouvelle entreprise.
  2. Fixez des objectifs clairs en cohérence avec votre projet : Expliquez que le choix de revenir à un poste moins qualifié est une décision réfléchie et cohérente avec votre parcours professionnel. Démontrez que vous avez un projet à long terme et que le poste actuel s’inscrit dans cette vision.
  3. Abordez subtilement les questions de salaire et de promotions : Attendez que le recruteur aborde la question du salaire, mais soyez conscient que vous postulez d’abord pour un poste spécifique. Présentez une fourchette salariale adaptée au poste plutôt qu’à vos qualifications.

Naviguer à travers le processus de recrutement en étant surqualifié peut présenter des défis, mais avec une approche stratégique, vous pouvez transformer cette situation en une opportunité professionnelle enrichissante.

Retour en haut

Besoin de recrutements ?

Contactez l’un de nos experts !